Filtrer par catégories:
Tout
Filtrer par condition:
Futur

Visite de la Tour des Heures  

Visitez le patrimoine de Peratallada, Tour des Heures  

La Torre de las Horas de Torre de las Horas (XIIIe-XVe siècles) est l'une des plus représentatives et des mieux conservées du système défensif médiéval de Peratallada.  

Entre 2017 et 2021, il a subi un important processus de restauration et d'adaptation pour le rendre visitable, qui a été promu par la mairie de Forallac et le conseil provincial de Gérone, en collaboration avec la Generalitat de Catalogne.  

Que peut-on voir ?

  • Structure intérieure d'une meilleure tour médiévale.  
  • Maçonnerie et meurtrières récupérées.
  • Restitution de l'étage central manquant.  
  • Horloge mécanique monumentale du début du XXe siècle.
  • Belvédère d'habileté sur le pont, d'où vous pourrez admirer des vues spectaculaires sur l'ensemble médiéval, ses environs et une grande partie de l'Empordanet.

Calendrier des visites

  • Juin: les week-ends 19 et 20, 26 et 27.  
  • Juillet et août : tous les jours.
  • Septembre : week-ends 4 et 5, 11 et 12.  
  • Foire médiévale de Peratallada : 2 et 3 octobre.    

Horaire des visites

De 9h30 à 13h30 et de 17h00 à 21h00.


Prix ??de visite

Le prix des billets est de 3 euros et doit être acheté sur le site visitperatallada.cat

Maximum 10 personnes par visite de 30 min.

Évolution architecturale

A l'origine, la Tour des Heures était entourée sur trois de ses côtés par un fossé défensif creusé dans la roche, tandis que le quatrième était ouvert vers l'intérieur de la fortification. Plusieurs meurtrières allongées ont été ouvertes dans ses murs, divisés en trois niveaux de combat (un plus bas que le même niveau, un autre au milieu appuyé sur une arcade -aujourd'hui disparu- et des poutres en bois et, enfin, une terrasse, située sur un grand arc brisé , sûrement couronné de créneaux). L'accès aux différents étages se faisait par un escalier intérieur en matériaux périssables (bois ou corde).

Tout au long de son histoire, la construction a subi plusieurs réformes qui ont changé son apparence. En premier lieu, sur la façade ouest, un grand portail à linteaux a été ouvert à la fin de l'époque médiévale, encore visible. Parce que ce portail est à un niveau beaucoup plus élevé que la rue actuelle, comme les meurtrières à l'étage inférieur, il faut penser que l'extérieur et l'intérieur de la tour ont été abaissés à une date ultérieure. Cela s'est peut-être produit lors de l'ouverture de la rue actuelle et de la construction de la maison attenante, ce qui a entraîné l'amortissement du portail susmentionné (peut-être au milieu du XIXe siècle).

Plus tard, l'ensemble a été modifié pour accueillir l'horloge qui donne son nom à la tour. Lors de cette intervention, la terrasse supérieure a été supprimée et une maison fermée a été construite pour installer la machinerie de l'horloge, couronnée d'un petit clocher. Cette performance impliquait également de casser la voûte gothique pour passer les contrepoids de l'horloge. Aussi, pour avoir un accès facile, une porte a été ouverte à la base et une échelle de travail a été installée.

La dernière intervention détectée dans la tour et la plus problématique date du milieu du XXe siècle, lorsqu'un grand portail fut ouvert dans la maison annexe. Ce travail va le déstabiliser, puisque sa base a été dangereusement rasée, ce qui a provoqué l'apparition d'importantes fissures, qui ont été réparées lors de la dernière restauration..

L'horloge de la villa

L'horloge monumentale de la Tour des Heures a été fabriquée au début du XXe siècle, à Morez, petite ville du Jura français de grande tradition horlogère. Concrètement, il a été construit par L. TERRAILLON et J. Petitjean, deux professionnels de renom de la région, qui se sont associés en 1914.

Le mécanisme possède trois trains roulants (d'où sa disposition triangulaire), ce qui permet d'offrir le carillon des heures, la répétition des heures et demie avec deux cloches (celles-ci sont plus anciennes et ont été réutilisées).

La plus grosse cloche, qui mesure 67 centimètres de diamètre et 60 centimètres de haut, est datée de 1800 et pèse environ 180 kilogrammes. La clochette, qui mesure 46 centimètres de diamètre et 40 de hauteur, est datée de 1798 et pèse environ 55 kilogrammes. Le premier était chargé de jouer les heures, tandis que le second les quarts. La montre a une autonomie (remontage) d'une semaine et le remontage des masselottes qui déplacent la machinerie se fait manuellement.